Grégoire Chamayou, Théorie du drone

 

En un momento en el que la necesidad sanitaria de poner a salvo, mediante un confinamiento masivo, gran parte de la humanidad, los medios de control de la población cobran mayor visibilidad, poniendo a prueba la salud democrática de los estados. De hecho, el dron como técnica de vigilancia no solo está siendo usado por regímenes abiertamente autoritarios, como China, o fuertemente militarizados, como Israel, sino también por democracias liberales como Francia, España, Italia o Estados Unidos. Este uso, legitimado, según sus defensores, por las circunstancias revelan una vez más la extensión al conjunto de la sociedad de tecnologías militares, suscitando intensos debates : en Francia por ejemplo, el pasado 18 de mayo, el Consejo de Estado, la mayor instancia administrativa del país, ordenó el cese inmediato del uso de drones por parte de la Prefectura de Policía de París, después de una queja de la Ligue des Droits de l’Homme y de la asociación La Quadrature du net.

La lectura de este ensayo ya clásico de Grégoire Chamayou, que analiza ante todo el uso militar de esos aparatos, aporta muchas luces útiles sobre la extensión de su uso a la vigilancia de la población civil.

 

 

Presentación del l’editor

Le drone est l’instrument d’une violence à distance, où l’on peut voir sans être vu, toucher sans être touché, ôter des vies sans jamais risquer la sienne.

Cette forme de violence télécommandée, qui à la fois supprime le face-à-face et fait éclater la distance impose de repenser des concepts apparemment aussi évidents que ceux de combattant (qu’est-ce qu’un combattant sans combat ?) ou de zone de conflit (où a lieu, une telle violence, écartelée entre des points si distants ?). Mais, plus radicalement, c’est la notion de « guerre » qui entre elle-même en crise : le drone est l’emblème de la « chasse à l’homme préventive », forme de violence qui débouche, à mi-chemin entre guerre et police, sur des campagnes d’exécutions extrajudiciaires menées à l’échelle globale.

Cette tentative d’éradication absolue de toute réciprocité dans l’exposition à la violence reconfigure non seulement la conduite matérielle de la violence armée, techniquement, tactiquement, mais aussi les principes traditionnels d’un ethos militaire officiellement fondé sur la bravoure et l’esprit de sacrifice. Car le drone est aussi l’arme du lâche : celle de ceux qui ne s’exposent jamais. Cela n’empêche pourtant pas ses partisans de la proclamer être l’arme la plus éthique que l’humanité ait jamais connue. Opérer cette conversion morale, cette transmutation des valeurs est la tâche à laquelle s’attellent aujourd’hui des philosophes américains et israéliens qui œuvrent dans le petit champ de l’éthique militarisée. Leur travail discursif est essentiel pour assurer l’acceptabilité sociale et politique de cette arme. Dans ces discours de légitimation, les « éléments de langage » de marchands d’armes et de porte-parole des forces armées se trouvent reconvertis, par un grossier processus d’alchimie discursive, en principes directeurs d’une philosophie éthique d’un nouveau genre – une « nécroéthique », dont il est capital de faire la critique.

Se puede leer un amplio extracto del libro, así como su índice, en el sitio del editor:

https://lafabrique.fr/wp-content/uploads/2017/05/pdf_Untitled_Extract_Pages.pdf

 

 


También te podría gustar...

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search