Frédérick Keck, « Grippe espagnole : entre 20 et 50 millions de morts en moins d’un an »

 

Hospital de urgencia, Camp Funston, Kansas, 1919.
© National Museum of Health and Medicine

La grippe dite «espagnole» a tué entre 20 et 50 millions de personnes dans le monde entre mai 1918 et avril 1919. Si la censure exercée par les autorités militaires conduit à une grande incertitude sur le nombre de cas réels, les recherches historiques ont permis de documenter la pandémie à partir de sources médicales. Surtout, les recherches virologiques ultérieures ont conduit à en mieux comprendre les causes originaires et les conditions de diffusion. En s’appuyant sur ces recherches récentes, cette conférence interroge la signification de la grippe espagnole, comprise comme catastrophe naturelle ouvrant le siècle et redoublant la catastrophe politique que fut le conflit mondial. Restituer d’abord les témoignages des hommes qui ont vécu cette double catastrophe, puis décrire les efforts des autorités sanitaires pour contrôler la pandémie. Comment la grippe espagnole fut le point de départ  d’une mobilisation scientifique et politique visant à se préparer aux prochaines pandémies de grippe «porcine» ou «aviaire». En replaçant la grippe espagnole parmi les autres maladies infectieuses qui ont accompagné les mouvements des populations à travers le globe, il s’agit d’interroger les relations entre les hommes, les animaux et les microbes.

Frédérick Keck, CNRS-LAS / EHESS, « Grippe espagnole : entre 20 et 50 millions de morts en moins d’un an », Université populaire du Musée du Quai Branly, décembre 2018

 


También te podría gustar...

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search